11 Juin 2019

Message de service : GuruMeditation se mettra en pause à partir de mercredi (12.06) afin de solliciter vos dons. Il reste environ 2000 euros à réunir pour permettre à GuruMeditation et son Guru de subsister pour 6 mois de plus. Vous pouvez ainsi montrer votre gratitude et votre intérêt dès maintenant afin que cette pause soit la plus courte possible et c’est par ici. Le Guru reviendra vers vous mercredi pour vous motiver une nouvelle fois et vous donner des détails sur l’avenir de GuruMeditation.

Il faudra vous faire une raison, l’œuf arrive avant la poule, et ses plumes aussi…

Des scientifiques de l’université de Bristol ont trouvé des traces de plumes dans un dinosaure qui existait 80 millions d’années avant les oiseaux, une découverte qui change notre façon de voir les dinosaures, les oiseaux et les plumes eux-mêmes.

Image d’entête : reconstitution du ptérosaure du Daohugou étudié, avec quatre différents types de plumes sur la tête, le cou, le corps et les ailes, et une couleur généralement marron roux (Yuan Zhang)

Une paire de fossiles de ptérosaures, découverts plus tôt cette année en Chine, présentaient à la fois des duvets de plumes et de longues plumes à palettes sur les ailes. Les ptérosaures, un groupe de reptiles volants ressemblant à des oiseaux, communément appelés ptérodactyles, vivaient il y a 228 à 66 millions d’années au Trias et au Crétacé.

L’Archæoptéryx est le plus ancien oiseau connu, il aurait vécu dans le sud de l’Allemagne il y a 150 millions d’années à la fin du Jurassique.

Comme pour l’image d’entête, représentation artistique de l’Archaeopteryx. (Masato Hattori)

L’étude révèle que les plumes sont apparues il y a 250 à 230 millions d’années, pendant le Trias inférieur, lorsque la vie se rétablissait après l’extinction massive du Permien et que de nouvelles espèces évoluaient pour combler les vides écologiques. C’est près de 80 millions d’années avant le premier oiseau, une surprise pour de nombreux chercheurs qui croyaient que les plumes avaient contribué au succès de la faune aviaire.

Le chronologie de l’origine des plumes remonte de l’origine des oiseaux, il y a 150 millions d’années, à celle du Trias inférieur, il y a 250 millions d’années. Au départ, les plumes étaient destinées à l’isolation à une époque où les processus de vie s’accéléraient. (Université de Bristol/ Reconstitution d’un ptérosaure par Yuan Zhang (Nanjing))

Origine Plume 0619 

(Benton et coll./ Trends in Ecology and Evolution)

Origine Plume 2 0619

Selon Mike Benton, auteur principal de l’étude et professeur de paléontologie à la School of Earth Sciences de l’université de Bristol (Royaume-Uni) :

Une combinaison de nouvelles preuves fossiles et de nouvelles approches en génétique du développement nous montrent que les plumes ne sont pas uniques aux oiseaux, mais à un groupe beaucoup plus large qui comprend les dinosaures et les ptérosaures. Cela signifie que les plumes ont en fait pris naissance beaucoup plus tôt que prévu et que leur fonction originelle était l’isolation et non le vol. 

Nous voulons examiner une plus grande variété de dinosaures et de ptérosaures pour voir à quel point les différents types de plumes sont répandus, et ce que nous pouvons apprendre sur la fonction et la couleur des plumes des fossiles.

Les résultats s’ajoutent au corpus croissant de travaux suggérant que les oiseaux et les dinosaures sont étroitement liés dans l’arbre évolutionnaire/ phylogénétique.

Au début des années 1990, des chercheurs ont découvert que certains dinosaures possédaient des plumes. Les premiers fossiles de dinosaures à révéler des traces de plumes avaient à peu près le même âge que les premiers oiseaux. Auparavant, on estimait que les dinosaures étaient plus étroitement liés aux reptiles.

Selon Benton :

Cette découverte signifie que la pression sélective évolutive pour faire évoluer les plumes n’avait rien à voir avec la réduction de la taille, l’augmentation du sang chaud et des niveaux d’activité pour le vol (ce qui se produisait dans le Jurassique avant l’apparition de l’Archéoptéryx), mais qu’il s’agissait de récupérer la vie de la fin dévastatrice du Permien, et de rééquiper les principaux animaux terrestres pour marcher debout, avoir du sang chaud et bouger plus vite.

L’étude publiée dans Trends in Ecology & Evolution : The Early Origin of Feathers et présentée sur le site de l’université de Bristol : Feathers came first, then birds.