9.jpgUne comète récemment découverte en Russie pourrait bien battre des records de luminosité en novembre 2013, lorsqu'elle passera à moins de 1,8 millions de km de la surface du Soleil.

 

Si les prévisions d'éclat des comètes sont souvent contredites (on se souvient de la déconvenue d'Elenin), celle que l'on appellera sans doute bien vite la comète ISON (sa dénomination exacte est C/2012 S1 (ISON), ISON étant l'acronyme de « International Scientific Optical Network ») a cependant un certain nombre d'atouts dans sa chevelure.

 

Le principal tient au fait qu'elle passera très près de la surface du Soleil fin novembre 2013 : moins de 1,8 millions de km.

 

De quoi faire dégazer allègrement cette boule de neige sale et lui faire atteindre une magnitude largement négative, certaines extrapolations laissant espérer un possible %u2013 8, soit une dizaine de fois plus brillante que Vénus au meilleur de sa forme. Le spectacle pourrait s'étaler de novembre 2013 à janvier 2014, parfaitement visible depuis l'hémisphère nord.

 

Ensuite, il semblerait que ce noyau cométaire nous arrive tout droit du nuage de Oort, le réservoir de comète qui englobe le système solaire à une distance d'environ 0,8 années-lumière. Si cette donnée se confirme, cela voudrait dire qu'elle est gorgée de matériaux volatils qui n'ont par définition jamais été dégazés lors d'un précédent passage à proximité du Soleil, et ne demandent qu'à se dissiper sous la chaleur du Soleil pour développer une magnifique queue.

 

Mais cette fraicheur peut aussi être un handicap. Ce noyau cométaire n'a jamais été soumis au stress tant gravitationnel que thermique d'un passage auprès du Soleil, et rien ne dit qu'il a la cohésion suffisante pour le supporter. Tout comme Elenin en son temps, ISON pourrait tout aussi bien se volatiliser purement et simplement à l'approche du Soleil, bien avant d'avoir eu le temps de développer sa queue. Quoi qu'il en soit, le comportement de la comète ISON sera attentivement suivi au cours des prochains mois. Elle se trouve pour l'instant au-delà de l'orbite de Jupiter, sa magnitude est de 18,8, et on ne dispose encore d'aucune estimation valable quant à son diamètre.

 

Didier Jamet Ciel des Hommes

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

 

Commentaire:Pour l'hémisphère Sud, la comète sera principalement visible avant son passage au périhélie, puisqu'ensuite, elle va grimper tout droit à travers le Serpent, Hercule, la Couronne Boréale, le Dragon et la Petite Ourse.

 

Donc, les observateurs de l'hémisphère Nord pourront d'abord la voir avant son passage, le matin (à une cinquantaine de degrés de hauteur au début du crépuscule tout de même :) ), puis après son passage, si elle survit.


Alors, à quoi ressemblera cette comète ? Se désintégrera t'elle comme Elenin, ou bien nous offrira t'elle un superbe spectacle matinal comme McNaught ? Ou rien de tout ça ? Réponse dans un an !